L’homme qui a rempli avec « Honneur et Fidélité » son contrat reste toute sa vie, qu’il le veuille ou non, « un légionnaire ».
Le fanion vert et rouge. Site non institutionnel
Copyright le fanion vert et rouge. Tous droits réservés. Concepteur et webmaster J-Yves Morvan
Le Dépôt Commun des Régiments Etrangers (DCRE)
D’après   l’historique   du   1er   REI,   c’est   le   1 er    octobre   1933   qu’est   créé   à   Sidi   bel-Abbès,   le   dépôt   commun   des   régiments   étrangers. Cette   affirmation   appelle   deux   remarques.   Dans   les   documents   ultérieurs,   il   n’est   fait   nulle   part   allusion   à   un   texte   officiel   daté   du   1 er   octobre   1933,   qu’il   s’agisse   d’une   décision   ministérielle,   d’une   circulaire   ou   d’un   décret.   Il   est   fait   référence   à   une   décision ministérielle   du   13   octobre   1933,   transformant   le   bataillon   de   passage   du   1 er    REI   en   un   bataillon   de   passage   du   dépôt   commun   des régiments étrangers d’infanterie, à compter du 1 er  novembre 1993. Il   est   fait   également   référence   à   une   note   du   2   novembre   1933   qui   fixe   l’encadrement   du   dépôt.   Bien   qu’il   n’en   soit   pas   fait   mention, il   y   a   tout   lieu   de   croire   que   la   décision   du   13   octobre   1933,   transforme   également   le   bataillon   d’instruction   du   1 er    REI   en   bataillon du dépôt commun des régiments étrangers d’infanterie. Les   rares   textes   officiels   auxquels   il   est   fait   référence   ne   parlent   pas   d’un   dépôt   commun   des   régiments   étrangers,   mais   d’un   dépôt commun des régiments étrangers d’infanterie. À   sa   création,   le   dépôt   commun   comprend,   en   plus   du   bataillon   d’instruction   et   du   bataillon   de   passage,   le   dépôt,   centre   de   regroupement   de   Toul,   le dépôt, compagnie autonome de Marseille et en Algérie, le dépôt d’Oran ou petit dépôt et celui d’Arzew. Sous   le   commandement   du   lieutenant-colonel Azan,   le   dépôt   est   administré   par   le   conseil   d’administration   du   1 er    REI,   dont   le   chef   de   corps   conserve   à l’égard de la nouvelle entité « certains droits et attributions », selon les termes de la note du 2 novembre 1933. Le   bataillon   d’instruction,   aux   ordres   du   chef   de   bataillon   Susini,   compte   en   plus   des   quatre   compagnies   d’engagés   volontaires,   une   compagnie d’instruction   des   cadres   (CIC),   une   compagnie   d’instruction   des   mitrailleurs   (CIM)   et   une   compagnie   d’instruction   d’engins   et   de   transmissions (CIET). Les   compagnies   d’instruction   des   engagés   sont   stationnées   à   Beni   Ounif,   Saïda   et   au   Kreider.   Les   trois   autres   sont   installées   à   Sidi-bel-Abbès.   Quant   au bataillon   de   passage   que   commande   le   chef   de   bataillon   Maurette,   il   est   constitué   de   quatre   compagnies   de   passage,   dont   trois   (CP1,   CP2   et   CP3)   sont stationnées à Sidi-bel-Abbès . La CP4 est éclatée pour sa part entre Bedeau, Bossuet et El Aricha. L’idée   de   création   de   ce   dépôt   vient   du   lieutenant-colonel   Rollet   qui   souhaite   inculquer   «   l’esprit   Légion   »   à   tout   personnel   qui   arrive   pour   la   première fois   à   la   Légion,   d’abord   en   1920   avant   la   création   du   1 er    REC   puis   en   1926,   lorsqu’il   prend    le    commandement    du    1 er    REI    (Voir    «    Paul    Frédéric    Rollet    »   par   Pierre   Soulié   aux   éditions   «   Italiques   »)