L’homme qui a rempli avec « Honneur et Fidélité » son contrat reste toute sa vie, qu’il le veuille ou non, « un légionnaire ».
Le fanion vert et rouge. Site non institutionnel
Copyright le fanion vert et rouge. Tous droits réservés. Concepteur et webmaster J-Yves Morvan
Les festivités Pour les légionnaires, souvent coupés de leurs racines, elles ont une grande importance. Certaines sont devenues rituelles. Source: texte Le grand livre des insignes de la Légion étrangère de Tibor Szecsko. Illustrations Képi blanc.
   Le porteur de la main et les accompagnateurs Camerone 2011
     Général Raymond Lorho
    Caporal Jiawei Zhang
     Caporal-chef Mariusz Nowakowski
      Adjudant-chef Joao Ribeiro de Almeida
  Légionnaire Basile Petridis
Adjudant-chef  Anton Nahm
Noël   à   la   Légion   étrangère   est   La   fête   de   famille   par   excellence.   Dépassant   le cadre   religieux,   tous   les   légionnaires   ne   sont   pas   chrétiens,   il   est   toujours   fêté avec   ferveur   et   enthousiasme.   Dans   tous   les   coins   du   monde   où   l’on   fête   la nativité,   Noël   est   souvent   la   seule   occasion   de   réunir   la   famille.   C’est   cet   aspect qui   est   revendiqué   sous   la   grenade   à   sept   flammes.   Souvent   loin   de   chez   eux, de   leur   «   famille   de   sang   »,   quand   elle   existe   encore   (!),   les   képis   blancs retrouvent   avec   leurs   chefs,   leurs   camarades,   un   peu   de   cette   chaleur   familiale laissée derrière eux. Le   soir   de   Noël,   ils   festoient,   chantent,   s’amusent,   s’offrent   des   cadeaux,   au sein    de    leur    nouvelle    famille,    leur    «    famille    de    cœur    »,    leur    «    famille d’adoption   »,   constituée   de   frères   d’armes,   de   personnes   avec   lesquelles   ils   ont pour habitude de tout partager... le pire, mais aussi le meilleur.
Noël