L’homme qui a rempli avec « Honneur et Fidélité » son contrat reste toute sa vie, qu’il le veuille ou non, « un légionnaire ».
Le fanion vert et rouge. Site non institutionnel
Copyright le fanion vert et rouge. Tous droits réservés. Concepteur et webmaster J-Yves Morvan
La Légion étrangère: 7 siècles au service de la France
La   légion   étrangère   que   nous   connaissons   aujourd’hui,   date   de   Louis-Philippe.   Mais   déjà   au   temps   de   l’ancienne   monarchie,   des   contingents   étrangers   avaient   été incorporés à l’armée française, pour une même servitude et une même grandeur militaire. Philippe-Auguste   fut   le   premier   de   nos   rois   à   employer   régulièrement   des   étrangers   dans   ses   grandes   expéditions   militaires.   Il   fut   aussi   le   premier   à   plier   ces   «   routiers   »   à une   discipline   jusqu’alors   inconnue   dans   les   armées   féodales.   Les   «   Grandes   Compagnies   »,   qui   remplirent   de   leurs   exploits   et   de   leur   tumulte   la   guerre   de   cent   ans   et évoquent   la   figure   de   Duguesclin,   troupe   difficile   à   mener   et   dont   les   émules   et   successeurs   ne   disparaitront   pas   avant   la   fin   du   Xve   siècle,   montrèrent   un   ordre   plus   relevé que   celui   de   leurs   devanciers,   les   routiers.   Ces   formations   étaient   composées   de   Français,   mais   surtout   d’étrangers   :   Flamands,   Hollandais,   Castillans,   Gallois,   Bretons, Gascons   et   Savoyards.   Leurs   chefs   étaient   issus   de   la   noblesse   et   parmi   eux   figurèrent   des   sires   de   Beaumanoir   et   des   Rohan.   La   Hire   et   Xaintrailles,   immortalisés   sous Charles VII à la suite de la bannière de Jeanne, furent eux aussi des chefs de bandes. Il   faut   attendre   le   règne   de   ce   roi   pour   voir   s’organiser   véritablement   en   France   une   armée   permanente.   Des   écossais   étant   venus   combattre   l’Anglais   aux   côtés   du   roi   de France,   le   souverain   les   constitua   en   compagnies   chargées   de   sa   garde   personnelle.   En   1439,   à   l’apparition   des   «   Compagnies   d’ordonnance   »   créées   par   Charles   VII   au nombre de quinze, deux étaient écossaises et subsisteront jusqu’à la révolution. Depuis   ce   temps,   l’histoire   de   la   «   Compagnie   Ecossaise   des   Gardes   du   Corps   du   Roi   »   se   confondra   avec   celle   même   de   l’ancienne   monarchie   française.   Alors   qu’au XVIIIe   siècle,   ce   corps,   modèle   de   fidélité,   n’avait   plus   d’écossais   que   le   nom,   tous   les   éléments   le   composant   étant   peu   à   peu   devenus   français,   tandis   que   les   autres troupes   de   la   maison   du   roi   répondaient   «   présent   »   aux   appels,   les   gardes   écossais   répondaient   toujours   en   langue   écossaise   «   hamir   »,   mot   corrompu   et   abrégé   de   «   hay hamir » (I am here) qu’ils prononçaient alors, signifiant « me voici », et mieux encore : « Je suis prêt à mourir pour mon serment ». Ce   fut   surtout   à   l’époque   des   guerres   d’Italie,   à   partir   de   Louis   XII   que,   sous   la   forme   de   troupes   légères   à   cheval,   élément   alors   tout   à   fait   nouveau,   les   étrangers   entrèrent dans   les   rangs   de   l’armée   française.   C’étaient   des   gens   des   Balkans, Albanais,   Grecs   ou   même Turcs,   tous   des   guerriers   –   dit   Brantôme   –   ayant   coutume   «   de   porter   la   teste de leurs ennemis à l’arçon de leur selle ». La cavalerie demeurait cependant l’arme française par excellence et ne perdra cet apanage qu’à la guerre de trente ans. Sous François Ier, les mercenaires étrangers formaient la plus grande partie de l’infanterie. Sur 26 000 combattants, l’armée de Marignan comptera 16 000 étrangers : Suisses, Allemands, Savoisiens, Liégeois ou Piémontais.    Dans   ces   pages   consacrées   à   l’origine   de   notre   Légion   Etrangère,   les   Suisses   méritent   une   place   à   part   en   raison   de   l’ancienneté,   de   l’importance   et   de   la   durée   de   leurs services.   Louis   XI   se   tourna   vers   cette   nation   pour   l’aider   dans   sa   lutte   contre   Charles   le   Téméraire.   Par   les   capitulations,   véritables   traités   d’alliance,   les   cantons   suisses s’engageaient   à   fournir   au   roi   de   France,   un   contingent   d’hommes   déterminé,   moyennant   une   redevance   pour   les   états   confédérés   et   une   solde   pour   les   soldats.   Ces capitulations   furent   renouvelées   par   les   successeurs   de   louis   XI   et,   jusqu’aux   derniers   jours   de   la   monarchie,   les   Suisses   au   service   de   la   France,   conservèrent   leur   caractère particulier.   Infanterie   expérimentée,   aussi   brave   que   fidèle,   cette   troupe   partagera   les   garnisons,   les   marches,   les   campagnes,   les   fastes   de   notre   armée,   victoires   ou   revers. Aux   champs   funestes   de   Rossbach,   en   1757,   voyant   leur   ligne   d’habits   rouges   couvrir   notre   retraite,   inébranlables   sous   le   feu,   Frédéric   II,   manifestant   son   admiration,   n’a- t-il pas dit : « Quel est ce mur de briques que mes canons ne peuvent entamer ? ». A quoi on lui répondit : « Sire, ce sont les Suisses ». En   1791,   l’armée   française   comprenait   environ   14   000   Suisses,   uniquement   troupe   d’infanterie   dont   11   régiments   de   ligne,   le   régiment   des   Gardes   Suisses,   la   compagnie des   Cent-Suisses   et   la   compagnie   de   la   garde   ordinaire   du   comte   d’Artois.   Défenseurs   du   trône   de   nos   rois,   les   gardes   suisses   sauvèrent   Charles   IX   à   Meaux   en   1567,   et dans la terrible journée du 10 août 1792, ils donnèrent l’exemple du plus sublime dévouement. Ce   furent   les   drapeaux   des   régiments   suisses   au   service   de   la   France   qui   arborèrent   les   premiers   la   devise   «   Fidelitate   et   Honore   ».   Traduite   en   français,   elle   resplendit toujours en lettre d’or sur les drapeaux et étendards de nos régiments étrangers actuels, et c’est aussi sous cette formule que tout légionnaire signe son acte d’engagement.     Pendant   les   guerres   de   religion,   des   Espagnols   servirent   dans   nos   rangs   et,   dans   nos   troupes   à   cheval,   la   proportion   des   éléments   étrangers   était   plus   forte   que   celle   des escadrons   français. Venus   d’Allemagne,   des   reîtres   en   armure   noire   suivront   le   panache   blanc   d’Henri   IV   «   dans   le   chemin   de   l’honneur   ».   Pour   assurer   le   succès   de   sa   lutte contre   la   maison   d’Autriche,   Richelieu   renforcera   plus   encore   notre   armée   en   corps   composés   d’étrangers.   Le   duc   Bernard   de   Saxe-Weimar   lui   fournira   un   contingent   de   16 vieux   régiments   de   cavalerie   allemande   ;   en   1639,   ils   compteront   définitivement   dans   l’ordre   de   bataille   de   l’armée   française.   «   Il   y   avait   de   tout   parmi   les   Weimariens   rapporte   le   général   Susane   –   des   Lorrains,   des   Ecossais,   des   Suisses,   des   Polonais   et   des   soldats   venant   des   Pays-Bas   aussi   bien   que   de   l’Allemagne   ». A   cette   époque,   les troupes   du   roi,   infanterie   et   cavalerie,   se   composaient   d’une   moitié   d’étrangers   et   il   faudra   attendre   Louvois   pour   que   cet   apport   étranger   diminue   dans   de   notables proportions.   A   la   fin   du   siècle   du   Grand   Roi,   l’effectif   de   notre   armée   n’atteindra   qu’un   sixième   de   nos   contingents.   Parmi   ceux-ci,   l’Espagne,   l’Italie   en   fourniront,   et l’Angleterre   elle-même   enverra   des   troupes   au   roi   de   France.   L’attirance   de   notre   pays   fut   telle   à   ce   moment   que   Churchill,   le   futur   duc   de   Malborough,   ainsi   que   le   prince Eugène de Savoie, offrirent leurs services à Louis XIV. De   nombreux   maréchaux   recevant   le   bâton   «   fleurdelysé   »   des   mains   du   roi,   sortiront   de   ces   troupes   étrangères   venues   combattre   à   nos   côtés   :   les   deux   Trivulce,   le   prince de   Melphes,   Pierre   Strozzi   «   l’homme   du   monde   qui   arrangeait   le   mieux   les   batailles   »,   les   Broglie,   les   d’Ornano,   Schomberg   un   comte   allemand,   Rosen   et   Asfeld   des Suédois,   Rantzau   et   Lowendal   des   Danois,   Bercheny   un   Hongrois. A   la   Grande-Bretagne,   nous   devons   Robert   Stuart   et   Berwick,   fils   d’un   roi,   dont   Villars   enviait   le   trépas au   champ   d’honneur.   Maurice   de   Saxe,   le   vainqueur   de   Fontenoy,   était   aussi   de   sang   royal.   Nous   nous   garderons   d’oublier,   sous   l’empire,   Poniatowski,   le   héros   polonais,   et enfin le dernier, le prince de Hohenlohe-Bartenstein, qui n’est autre que le colonel supérieur de la Légion de Hohenlohe, la souche de notre actuelle Légion Etrangère. A   la   veille   de   la   révolution,   sur   près   de   150   000   hommes   composant   l’armée   royale,   40   000   étaient   étrangers   et   répartis   en   régiments   suisses,   allemands,   irlandais   ou liégeois   pour   l’infanterie,   et   allemands,   suédois   ou   hongrois   pour   la   cavalerie.   Cette   répartition   n’était   du   reste   exacte   que   pour   la   dénomination   ;   en   effet,   plusieurs régiments allemands et certains régiments suisses étaient recrutés en Alsace et en Lorraine, et de nombreux Français figuraient dans des régiments irlandais et liégeois. Les   régiments   étrangers   des   rois   de   France   disparus,   les   mots   «   Légion   étrangère   »   seront   prononcés   en   1792,   un   décret   décidant   l’organisation   d’une   «   légion   franche étrangère   »   dans   laquelle   ne   seront   admis   que   des   étrangers.   Cette   mesure   entrainera   la   création   d’une   foule   de   formations   portant   les   noms   les   plus   variés,   comme   les   plus surprenants   et,   ce   qui   ne   peut   étonner,   de   valeurs   fortes   inégales.   Puis,   renouant   avec   l’ancienne   tradition,   la   France   reprendra   des   Suisses   à   sa   solde,   et   bientôt   des Polonais.Sous   l’empire,   soit   qu’ils   se   donnèrent   volontairement   à   elle,   soit   qu’ils   subirent   les   conséquences   de   nos   conquêtes,   les   contingents   étrangers   vinrent   grossir démesurément   les   rangs   de   la   Grande   Armée.   Celle-ci   en   comptera   une   masse   considérable,   comme   il   n’en   fut   jamais,   l’Europe   presque   entière   s’y   trouvait   représentée. Après   les   campagnes   de   1812   et   de   1813,   il   ne   restera   de   ces   troupes   que   les   Italiens,   les   Suisses   et   les   Polonais.   Ceux-ci   furent   les   champions   de   la   première   comme   de   la dernière   heure   de   l’épopée   napoléonienne   avec   l’escadron   de   chevaux-légers   de   l’île   d’Elbe,   immortalisé   par   le   poême   «   Wiarus   napoleonski   »,   hymne   de   fidélité   dédié   à Napoléon   :   «   Sire   !   Dieu   voit   que   je   ne   mens   pas,   Cent   mille   hommes   se   lèveront   encore,   Faites   seulement   un   appel   aux   armes   et   il   ne   manquera   pas   d’hommes   en   Pologne ! ». Au   but   tactique   appelant   dans   nos   armées   des   troupes   étrangères,   se   mêlera   souvent   l’originalité   :   les   hussards   hongrois   venus   à   la   fin   du   règne   de   Louis   XIV,   rejoindront   en pittoresque   les   mameluks   d’Egypte   entrés   cent   ans   plus   tard   dans   la   garde   du   consul   puis   de   l’empereur.   Etonnante   vision   donnée   aux   Parisiens   et   à   l’Europe   de   ces orientaux, en un éblouissement de couleurs, défilant à la diable sur leurs montures frémissantes. Pendant   tout   l’Empire,   nos   alliés   allemands   exaltèrent   les   sentiments   de   napoléonisme   et   s’en   firent   une   gloire   ;   pour   eux,   l’étoile   de   la   Légion   d’Honneur   était   presque devenue   la   plus   enviée   et   la   suprême   récompense. Après   la   chute   de   Napoléon,   les   titulaires   continuèrent   à   la   porter   auprès   des   médailles   gagnées   pendant   les   campagnes finales   contre   les   Français.   Les   troupes   badoises   furent   celles   qui,   parmi   nos   alliés   allemands,   assimilèrent   le   plus   rapidement   l’esprit   combatif   des   troupes   françaises,   se montrèrent   les   plus   mordantes   et   les   plus   résolues.   Ville   pacifique   s’il   en   fut,   où   la   bourgeoisie   avait   été   de   tout   temps   exempte   de   services   militaires,   Francfort   peut   être prise   comme   exemple   d’une   petite   principauté   allemande   ayant   fourni   à   Napoléon   un   contingent   qui,   de   1806   à   1813,   en   Prusse,   en   Espagne,   en   Russie,   combattra   côte   à côte   avec   nos   troupes,   se   battant   comme   elles,   pensant   et   sentant   comme   elles.   Et   ceci   au   point   que,   franchissant   en   1813   la   frontière   d’Espagne   en   France,   les   soldats francfortois   semblaient   retrouver   le   sol   natal   «   Le   napoléonisme,   constatait   non   sans   regret   l’historien   francfortois   Bernays,   avait   pénétré   en   maître   dans   l’âme   des   soldats allemands.   Leur   cœur   était   comme   enchaîné   dans   son   cercle   magique   ».Les   grands   souvenirs   des   campagnes   faites   sous   les Aigles   françaises   demeurèrent   gravés   dans   les mémoires   de   ces   étrangers   avec   les   noms   d’Austerlitz,   Iéna,   Friedland,   Wagram,   Lutzen,   Montmirail,   et   aussi   Waterloo.   Ils   seront   matérialisés   par   le   portrait   de   l’empereur accroché   au   mur   dans   beaucoup   de   maisons   de   l’Allemagne   occidentale,   auprès   parfois   de   la   médaille   de   Sainte-Hélène.   Etendue   et   demeurée   vivace   bien   au-delà   du   Rhin, la légende napoléonienne vit éclore de nombreux écrits évoquant la Grande armée et le rôle qu’y tinrent les contingents allemands. Dans   le   «   liederbuch   für   die   Veteranen   der   Grossen   Napoleonarmee   von   1803   bis   1814″,   publié   à   Mayence   en   1837   par   Niklas   Müller,   on   peut   lire   :   «   Le   guerrier   qui   a suivi   Napoléon   sous   tous   les   climats   de   l’univers,   le   guerrier   qui   a   combattu   sous   ses   ordres   en   tant   de   royaumes,   qui   a   tant   de   fois   pris   sa   part   de   la   gloire   et   du   triomphe, qui a mené cette vie tourmentée, pleine de privations, de souffrances, de fatigues et de dangers mortels, ne peut pas, ne doit pas oublier son grand général ». Sous   la   première   restauration,   les   Bourbons   ne   conserveront   que   les   Suisses,   en   souvenir   des   fidèles   services   rendus   par   eux   à   la   France   durant   quatre   siècles,   et   avec   eux quatre   régiments   étrangers   dont   un   colonial,   formé   d’Espagnols   et   de   Portugais   à   qui   leur   pays   était   fermé.   Enfin,   les   huit   régiments   étrangers   réorganisés   par   Napoléon   aux cent-jours   formeront   en   1815   la   «   Légion   Royale   Etrangère   »   qui   devint   la   «   Légion   de   Hohenlohe   »,   puis   en   1821   le   régiment   de   Hohenlohe.   Licencié   en   1830,   ce   dernier contribuera   à   former   le   21 e    Léger   et   ensuite   la   Légion   Etrangère.   Les   régiments   suisses   de   la   Restauration   disparaîtront   en   1830,   mais   les   Suisses   revivront   encore   dans l’armée française de 1855 à 1859 sous les dénominations successives de « Deuxième Légion Etrangère » et de « 1 er  Régiment Etranger ».     La   grande   aventure   de   la   Légion   a   commencé   un   jour   de   mars   1831.   Œuvre   toute   française   due   au   roi   Louis-Philippe,   l’institution   de   la   Légion   Etrangère   fait   l’honneur   à   la France. Unique dans le monde entier, une société d’un caractère exceptionnel, un ordre militaire laïc a grandi ainsi à l’ombre de notre drapeau. Partout   présente   où   la   France   se   bat,   la   Légion   étrangère   est   de   même   toujours   prête   aux   tâches   pacifiques.   Pratiquant   par   le   culte   de   l’honneur   et   le   sens   de   la   fidélité   toutes les   vertus   militaires,   guidée   par   de   solides   traditions,   elle   donne   à   tous,   là   où   elle   parait,   une   impression   réconfortante   de   puissance.   Aussi   a-t-elle   conquis   une   place   de choix dans notre armée, celle accordée au dévouement sans limite, au sacrifice absolu à tout instant consenti. A   Sidi-Bel-Abbès,   sanctuaire   de   la   Légion,   quatre   légionnaires   de   bronze   veillent   autour   du   monument   élevé   à   la   mémoire   de   tous   leurs   camarades   morts   au   combat   dans toutes les parties du monde, de tous ceux qui dans le respect de la parole donnée, sont devenus « Fils de France », « non par le sang reçu mais par le sang versé  ». D’après un article paru en octobre 1959 dans la revue « Miroir de l’histoire ». Source : http://aufildesmotsetdelhistoire.unblog.fr/